Header image

Laissez libre cours à votre créativité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séance d'analyse du 12 juin 2007

 

Cette dernière séance avant la coupure estivale fut l'occasion de redécouvrir deux films : un reportage de Robert Tassinari sur le danger des mines antipersonnel au Cambodge, une oeuvre musicale de Claude Mornave en plongée sous-marine copie d'une bande argentique super-8.

Avant les projections, Robert a souhaité nous faire part des toutes dernières actualités du club :

 

  • Olivier Grandi, notre webmaster, a été nommé vice-président aux côtés de Marie Cipriani à l'occasion du dernier conseil d'administration
  • Michel Malochet, membre du CAP est désormais co-responsable du webmastering du site internet du CAP aux côtés d'Olivier Grandi
  • Marie Cipriani, vice-présidente du CAP, va représenter la région Ile de France au concours national de la FFCV 2007 (du 27 au 30 septembre prochain)
  • Il a par ailleurs été décidé qu'à la rentrée d'octobre, les séances d'analyse comporteraient désormais systématiquement une démonstration technique en rapport avec le ou les films projetés : ces démonstrations permettront aux membres spectateurs de comprendre de visu la façon dont les films sont réalisés ou peuvent être améliorés par une technique de tournage ou de montage appropriée.

Marie Cipriani, vice-présidente du Club Audiovisuel de Paris et membre du jury FFCV au concours national de Bourges 2007. En savoir plus >

 

 

Pour finir son introduction, Robert Tassinari nous a proposé avant la projection de rappeler les règles fondamentales de la prise de vue :


Règle des 3 tiers

Il faut partager l'image en 3 parties égales dans sa verticalité et son horizontalité, les points d'intersections sont les points de force.
L'oeil du spectateur est attiré par les 4 points de force.
Il faut donc fabriquer son image en utilisant les lignes et points de force.

 


Avant de filmer une image, il faut aussi connaître les règles de base du montage afin de ne pas se trouver en manque de plans lors de la phase de montage.

Le raccord de valeur de plan
Il faut sauter au moins une valeur de plan entre 2 plans montés : Plan rapproché taille -> Gros plan

La règle des 30 degrés
Il est conseillé qu'en plus du changement de valeur de plan, l'axe de la caméra soit décalé d'au moins 30° par rapport au plan précédent afin d'éviter les sauts d'image.

La règle des 180 degrés
Le réalisateur doit définir un axe imaginaire entre les éléments principaux de la scène (2 personnes qui parlent).
Dans tous les plans que comptent la scène, la caméra ne pourra franchir cet axe (sauf dans le cas d'un travelling où le spectateur serait informé de la transgression de l'axe).

Passons aux projections de cette dernière séance :

L'ennemi invisible de Robert Tassinari - 1999

Il est courant de filmer le Cambodge à travers ses temples d'Angkor mais ce n'est pas le choix qu'a semblé faire Robert Tassinari : son reportage traite d'un tout autre sujet, moins connu mais bien plus original et humain. Robert nous parle des habitants blessés par les mines antipersonnel.

Tout commence dans une usine des environs d'Angkor spécialisée dans le thermoformage des feuilles de plastique avec lesquelles sont fabriquées chaque année une quarantaine de prothèses pour jambes artificielles depuis 30 ans.

Les marques de la guerre au Cambodge sont omni-présentes : Vietcongs et Khmers rouges ont parsemé le pays d'une multitude de mines, devenues aujourd'hui de dangereux pièges pour les cambdogiens et leurs enfants.

Tapies dans les feuilles mortes, dans les pièces d'eau où les enfants sont particulièrement vulnérables, ces mines font de véritables ravages sur la population.

Le gouvernement fait campagne pour sensibiliser le peuple au danger que représente ces mines mais cela ne suffit pas.

 

Robert filme le jour du 1er essayage d'une prothèse par un jeune dont la jambe avait été arrachée par l'explosion d'une mine antipersonnel : on lit sur le visage du jeune homme douleur et difficultés, malgré la grande compétence des éducateurs.

Ce film est un reportage "comme à la télé" : c'est l'avis des specateurs du CAP à l'issue de la projection. Les critiques sont minimes : on peut regretter une musique à suspens un peu trop appuyée à certains endroits du film notamment. Le titre est original : Robert indique qu'en général il choisit le titre de ses films après réalisation. Pour cela, il note une trentaine de propositions et après seulement il fait son choix. Le titre finalement vient en dernier lieu.

L'introduction est particulièrement efficace : on montre la fabrication d'une prothèse ce qui accroche le télespectateur, le ferre dès le début de la projection. En fait les 5 premières minutes dans un reportage ont autant d'importance que les 5 dernières : la première minute en particulier est absolument capitale pour capter l'attention du télespectateur. La fiction est différente : tout est écrit, on a tourné à l'aide d'un scénario / storyboard. Le docu-fiction (mélange de fiction et de réalité) de ce point de vue ressemble davantage a la fiction.

"L'ennemi invisible" a été selectionné en 2000 au concours national de la FFCV.

Voir le film >

Plongée musicale avec Claude Mornave :

Claude Mornave nous a projeté en clôture de séance des images de plongée sous-marine tournées au format super-8 puis converties en laboratoire sur support mini-DV. La qualité du transfert est impeccable : plus d'infos ici.

La bande son de cette balade sous-marine a été particulièrement soignée : pour Anne de Bever, présente dans le public ce soir-là, le son y devient image et l'image devient son. Elle a été comblée par la poésie qui s'en dégage.

Claude Mornave nous explique que le site de plongée était l'un des lieux de prédilection de François de Roubaix, artiste compositeur. A tel point d'ailleurs que Claude avait été invité par les parents de François pour leur présenter ses prises de vue. François de Roubaix a composé de très célèbres bandes musicales pour le cinéma (La Scoumoune, l'Homme Orchestre ...). En 1976 ces succès seront couronnés par l’obtention d’un César pour le bouleversant film de Robert Enrico Le vieux fusil. C’est son père qui viendra chercher le prix sur scène car quelques mois auparavant François disparaissait dans un accident de plongée au large des Canaries. C’est la mer, celle-là même qui le fascinait tant, qui l’emmena à tout jamais.

 

A l'issue de cette dernière projection, nous avons levé un verre de l'amitié pour fêter l'approche des vacances d'été. En espérant disposer dès la rentrée de nombreuses nouvelles images ...

Les activités du CAP reprennent le 2 octobre prochain à l'issue du Concours National FFCV de Bourges 2007 (où Marie Cipriani rappelons-le représentera au nom du Club Audiovisuel de Paris la région Ile de France). Bonne rentrée à tous nos membres et bienvenue à tous les nouveaux visiteurs ... !

Retour au sommaire >