Header image

Laissez libre cours à votre créativité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis que le montage assisté par ordintateur facilite les transitions par fondus-enchaînés, certains vidéastes ont tendance à les utiliser à tout moment à la place des raccords cut ; et lorsque les images à raccorder sont fixes, on a l'impression de retrouver des diapos.

Un fondu enchaîné est utile pour atténuer la brutalité d'un raccord cut lorsque l'unité d'action, de temps ou de lieu est rompue. C'est une transition douce pour mieux préparer le spectateur à un changement.

Mais son rôle le plus noble est de participer au montage, en introduisant une fonction utile : comparaison, évolution, ressemblance ... entre deux images présentant des points communs.

Par exemple, le vitrail d'une église peut être présenté sous deux faces, à l'extérieur vers l'architecture en pierre et à l'intérieur avec la couleur des verres, par l'intermédiaire d'un fondu-enchaîné, un changement de lieu pour montrer deux aspects d'un même sujet, cadrés identiquement.

Autre exemple, pour un documentaire sur les peintres impressionnistes, on se propose de comparer la source d'inspiration du peintre avec le réel. Le fondu enchaîné s'impose pour constater des changements entre l'image de la toile et le site réel et aussi des différences dues à la vision personnelle du peintre ou à son style.

On voit hélàs aussi certains documentaires abuser du fondu enchaîné : "Sur les chemins de l'Himalaya" par exemple (récompensé par le Clap d'Or de Caméra Vidéo en mai 2000 - réalisé par Max CALVEYRAC), sur une durée de 5 minutes, le film comporte une trentaine de fondus-enchaînés auxquels s'ajoute un titre de 30 secondes qui n'en finit pas avec plusieurs fondus, soit un total de 2 minutes ou 40% de remplissage inutile.

Or les secondes sont d'autant plus précieuses que le film est court. Cet abus entraîne un manque de rythme et une impression de lenteur et de vacuité que certains jurés aux concours et festivals dénoncent. Dommage.

 

Francis LEPETIT

 

 

 

CAP - Analyse d'un film de réalité