Header image

Laissez libre cours à votre créativité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A L'AFFICHE

"EN CHAIR ET EN OS" de Philippe SEGAL

Philippe Segal nous a présenté son nouveau film d’animation « En chair et en os »

Jean Christophe Guérin l’a interviewé pour en savoir plus sur ce curieux projet.

JCG: « d’où est venue l’idée de ce film ? »

PS : « Après quelques films d’animation tournant autour de la musique, de l’écriture, il y avait longtemps que je voulais faire quelque chose qui traiterait de la peinture.
Mon penchant pour les surréalistes m’a dirigé vers Magritte et Dali. Finalement mon choix s’est porté vers le peintre catalan. Mais je n’avais pas d'idée précise quant à l’histoire. J’ai pendant un temps imaginé une enquête policière qui se baladerait dans les tableaux à la manière d’un rébus, mais je fus vite bloqué… Et puis je suis tombé sur cette photo en Noir et Blanc qui montre Dali en premier plan et derrière 7 mannequins nus qui par leurs postures acrobatiques formaient un crâne.
EUREKA comme m’aurait dit mon amie Hélène.
J’ai alors imaginé le making off de ce cliché.

Avant de modéliser les personnages, j’ai travaillé avec le modèle base de mon logiciel et avec 7 sosies j’ai essayé de reproduire cette forme de crâne que l’on voit à la fin du film.
L’essai fut positif (et ce n’était pas évident et j’y reviendrais).
J’ai entrepris ce que j’appelle le casting en fait la modélisation des 7 mannequins (virtuels hélas, et dire que dans ce métier on coucherait….)

 

JCG : « Raconte-nous la réalisation ? »

« Comme toujours la difficulté était de réussir des mouvements encore plus fluides et naturels.
Pour cela j’ai utilisé ma technique de capture de mouvement du pauvre.
Cela consistait à me coller des pastilles sur le visage quand il fallait animer des expressions du visage (voir photo) et sur les articulations des membres pour d’autres mouvements et je me faisais filmer.
Ensuite j’animais dans POSER PRO image par image mes modèles alors que j’étais en arrière plan sur l’interface du logiciel.


Dali main

making off Philippe

 

 

Cette fois j’ai utilisé deux autres programmes :

ZIGN TRACK 1.4 pour le visage et VISUAL MARKER pour les mouvements du corps.

 

Dali

 

Pour DALI ce fut compliqué.

J’avais en parti réussi avec Sarkozy dans « EN DIRECT DE L’ELYSEE », mais il me manquait cette fois 2 photos du peintre face et profil.
Après avoir feuilleté sur Internet tout son album de photos j’ai enfin trouvé.

Je pense m’en être sorti même si certains m’ont reproché son nez (ce n’est quand même pas Cléopâtre!).

Une anecdote : tout le monde connaît les différentes périodes chez Picasso et sachez que la moustache Dali a connu différentes périodes.

(Je suis devenu imbattable sur ce sujet).
La musique, je l’ai trouvée via CREATIVE COMMON ...qui est un éditeur qui met à notre disposition des œuvres de grande qualité de tout style et libre de droits.


JCG: « Quelle a été la plus grosse contrainte technique ? »

En effet, il me fallait gérer jusqu’à 7 personnages sur une un même plan : la mémoire du PC et de la carte graphique n'en pouvaient plus et je me retrouvais souvent avec des plantages.
Alors je m'en sortais au début en faisant des rendus personnage après personnage que je réunissais ensuite par compositing mais cela n’a pas duré bien longtemps....
J'ai donc investi dans un nouveau PC fait sur mesure. Avec un processeur 4 coeurs et une carte graphique 1Go…

Il y a eu du mieux : au début je rendais un seul personnage à la fois, avec le nouveau PC je pouvais monter jusqu'à 4 à la fois mais c’était encore insuffisant donc pour en rendre 7 plus les décors et les lumières : j'ai donc dû jongler donc avec AFTER EFFECTS

Ce film est une animation qui comprend 48 plans. Il dure 3mn26 je pense.

Comme c'est l'ordinateur qui assure le travail de calcul, il faut vraiment qu’il soit performant.

JCG: « D'où t'est venu le titre? »

Au début je voulais l'appeler ONE PICTURE SHOT après avoir pensé à EYES WIDE SHOT ( en référence à EYES WIDE SHUT de Kubrick). Mais je pense que peu aurait saisi.
A la fin du projet, j'en ai parlé avec Robert Tassinari et j'ai changé le titre: « EN CHAIR ET EN OS »

 

Conclusion

J’adore ce film mais il n’a pas eu le succès que j’espérais.
Pour être franc tous les spectateurs (et jurés) n’ont pas vu la forme du crâne (l’image passe assez vite) et pourtant par un superbe hasard en fondant mon plan cela a donné un crâne stylisé qui a peut être sauvé l’ensemble.
Certains ont adoré la vidéo, d’autres l’ont détestée n’y voyant aucun intérêt.
Finalement je préfère ce 50-50 à un consensus mou.

 

Mes projets :

une nouvelle animation et comme j’apprends à chaque nouveau film le prochain sera parlant.
Le titre en avant première : textuellement "C’EST BIENTOT FINI (POINT D’INTERROGATION) "

Euh désolé Robert…

Philippe Segal

 

titre

Voir le film >