Header image

Laissez libre cours à votre créativité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séance du 22 janvier 2008

Nous avons analysé 5 films :


1 – « Le dernier buron » de François Dubief.

Un film réalité pour évoquer le travail à l’ancienne qui se perd définitivement. Le paysage à l’herbe grasse, de belles vaches bien nourries, puis l’artisan de l’Aubrac, dans son buron traite son lait avec les gestes lents, patients accompagnés du son d’une radio témoignant de l’époque récente de l’enregistrement.

 

 

Ainsi s’entrechoquent la vie trépidante de la modernité et le rythme de la campagne. Un film réussi.


2 – « 51, quai Branly » de Jacques Mouret


Un film qui surprend, iconoclaste, comme quoi on se lâche au club. Après l’évocation des superbes expositions du Musée, de ses trésors, nous changeons d’échelle et nous retrouvons dans un cabinet d’aisance, un mur exposition couvert de copies de ces trésors. Plusieurs lectures pour ce film minute, un premier degré, un degré symbolique qui en dit plus qu’il n’y paraît.


3 – « Carlos » de Jacques Mouret

Jacques, avec sa camera, s’est mêlé à la foule des fans ou des curieux anonymes rangés derrière les barrières métalliques, devant l’église Saint-Germain-des-Prés, ce 22 janvier 2008. Il a filmé les célébrités,  celles qui arboraient le visage grave de circonstance et les autres, qui profiteraient de l’occasion, pour faire de la relation publique. Ce petit film, une sorte de chronique sur les gens du spectacle qui ne peuvent jamais être eux-mêmes, tant ils sont en permanence sous le regard.
 

 

4 – « Mission 2007 » d’Arnaud Schneider

 

Un film en N/B qui vous transporte dans un univers inquiétant : un paquet déposé devant une porte, des rues, des couloirs de métro, un relais par gros plan interposé sur des mains qui échangent une lettre, puis un homme suivi par une camera subjective. Il semble inquiet. D’un coup, il se retourne ouvre l’enveloppe et ce sont des vœux de bonne année. Derrière lui, la tour Eiffel et ses mille feux.  La pression tombe, et c’est le sourire. Ce qui est réussi, c’est l’ambiance et le personnage central qui crève l’écran.

A suivre ...

5 – « Le miroir du ciel » de Robert Tassinari.


Nous connaissons la passion du président pour la plongée sous marine, il nous a, à nouveau, régalés. En Thaïlande il a promené sa camera dans un village de pêcheur (Pan Yi) seulement accessible par la mer. Ensuite c’est le plongeon dans une mer aux poissons aussi magnifiques que surprenants comme le poisson-perroquet qui grignote les coraux. Rythme et suspense à la fois.

 

La séance s’est poursuivie sur le recueil d’une dizaine d’inscriptions pour le concours du Cap (16 février). Robert a souhaité que désormais, nos Galas aient une thématique. L’humour marquera celle de Juin. Avant la clôture, nous avons également fait le point sur l’avancement du travail en vue de la réalisation de notre film commun.   

 

Retour au sommaire >