Header image

Laissez libre cours à votre créativité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séance d'analyse du 13 novembre 2007

Malgré la grève de la SNCF et RATP, le CAP a proposé une séance d'analyse normale ce mardi-là.

Trois films ont été projetés et analysés :


Coup d'oeil à Samarcande de Yves BARDON. Film de 8' réalisé en 2006.

Très descriptif, bien documenté montrant surtout la richesse architecturale des palais et des mosquées
légèrement désservi par des images à la limite de la netteté.

Yves a décidé de remonter le film, avec en partie d'autres images.

L'Arabie heureuse de Jacques MOURET d'une durée de 15'.

Ce film montre les principaux sites touristiques du Yemen. Images d'endroits très spectaculaires avec des villages construits sur des falaises abruptes. Jacques à cherché des angles de prise de vues intéressants. Il montre les difficultés de dépiacement à certains endroits dans le désert, des scènes de la vie journalière. Quelques petits problèmes de mixage son et une absence de gros plans sucite la critique. Dans l'ensemble film bien apprécié, malgré le coucher de soleil final.


Rainforest : film de 12' de Robert TASSINARI réalisé en 2002.

Ce reportage a été tourné dans le nord de Bornéo dans la forêt primaire riche en vie animale endémique. Le point fort du film étant le centre de réhabilitation des orang-outan. Le film montre un monde étrange et violent où chacun s'emploie à subsister.

Il se termine sur un coucher de soleil dont les rayons lumineux sont masqués par l'envol d'une colonie de sterns. Très spectaculaire.
 

Robert disait quelques minutes avant la projection de ce film qu'il fallait éviter de terminer un film par un coucher de soleil. Que ce n'était pas original. Il ne se souvenait plus qu'il y en avait un dans son film ; après un fou rire général il a été excusé car le coucher de soleil était original.

Retour au sommaire >