Header image

Laissez libre cours à votre créativité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Courant avril, une séance technique sera consacrée à l’animation assistée par ordinateur. Voici cependant quelques conseils.

ANIMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR (Partie 2)

Dans  notre exemple,  Roger est filmé de dos et frappe deux coups à une porte de la main gauche. Le cadrage retiendra la partie haute du corps au dessus de la poitrine.

Pour faire simple disons que Poser permet d’animer chaque partie du corps de façon indépendante les unes des autres. Dans notre cas on imagine que ce sont  le bras,  l’avant–bras et la main gauches qui seront animés.

Pour avoir un mouvement pas trop mécanique, et pas  trop régulier en tenant compte de l’accélération du début de mouvement et du ralentissement de la fin de mouvement, pour connaître le nombre d’images que prendra le mouvement je réalise une MOTION CAPTURE que j’appellerai en ce qui me concerne une  capture de mouvement du pauvre.
Cela consiste à se filmer exécutant le mouvement.

Ensuite on fait un rapide montage dans Première (ou tout autre logiciel de montage vidéo) en ne gardant que la durée désirée.
On fait un export en microsoft  avi, comprimé en cinépack.
Puis on importe cette vidéo dans la fenêtre arrière plan de l’interface de Poser. (Je rappelle qu’en premier plan il y a Roger debout dans sa position par défaut).


Partant du fait que,  naturellement c’est le membre le plus près de la colonne vertébrale qui commande les autres on observera puis on exécutera les mouvements dans l’ordre suivant : le bras puis l’avant bras et  la main voire les doigts pour finir.

Dans notre exemple le mouvement « dure » 50 images. Il faut analyser précisément sur la « vidéo capture » quels mouvements fait chaque partie du membre notamment quels sont les axes de courbure de torsion ou de pivot.
On procède image par image et on applique à Roger les mouvements de l’arrière-plan , en extrapolant dans les 3 dimensions .On obtient un mouvement plus réaliste que si on avait déterminé la position de départ et d’arrivée et qu’on avait laissé l’ordinateur calculer les positions intermédiaires, il est  évident que la méthode choisie est plus longue mais rien n’empêche dans certain cas pour certains mouvements de laisser faire l’ordinateur.
Concrètement en ce qui concerne Roger à l’image 0, il est debout les jambes moins écartées,  le bras droit vertical, la main droite souple. (Même si le cadrage ne concerne que la partie haute du corps). Le bras gauche est levé, le poing fermé qui va frapper .

Dans toute cette partie on va animer Roger  il n’y a aucun élément de décor. La porte sera réalisée plus tard. A la rigueur on peut modéliser dans  Poser une boîte qui symbolisera la porte et qui aidera à positionner le poing de façon naturelle par rapport au corps.

On anime donc le bras puis l’avant-bras puis la main. Il faut observer aussi dans la motion capture si la tête ne bouge pas, auquel cas on l’animera aussi.
L’exemple choisi est relativement simple. En effet quand il faut animer un visage, il faut agir sur d’autres paramètres comme la bouche, les yeux (clignotement, mouvement), les sourcils, le front ..., etc. Et là encore : filmer la scène avec une caméra avant l’animation est d’une grande utilité.

A la fin de cette étape on se trouve avec un fichier Poser (.Pz3) et on verra comme le travailler dans d’autres logiciels.

 

Philippe Segal

 

Retour au sommaire >